Le Nombre 12. 
Symbolique, croyances et mystères.



En mathématique

  • Le système duodécimal (1210 (12) = 1012), qui est l'usage de 12 comme facteur de division pour beaucoup de poids et mesures historiques, incluant des systèmes encore utilisés tels que les heures, est probablement originaire de Mésopotamie.
  • Les "Anciens" pouvaient facilement arriver au système duodécimal en comptant simplement avec le pouce d'une main les 12 phalanges des quatre autres doigts de cette main, une pratique encore en usage jusqu'à nos jours en Iran et en Irak. Les Babyloniens pouvaient avec l'autre main compter en base soixante


Croyances et religions

  • Le zodiaque occidental possède douze signes, comme le zodiaque chinois. 
  • Les divinités olympiennes étaient au nombre de 12. 
  • Le chiisme duodécimain reconnaît douze Imams. 


Religion chrétienne : Ce nombre est d'une très grande richesse dans la symbolique chrétienne :
    • La combinaison du quatre du monde spatial et du trois du temps sacré mesurant la création-recréation donne le chiffre douze (4x3) qui est celui du monde achevé. 
    • Dans un sens plus mystique, le trois est rapporté à la Trinité, le quatre à la création, mais le symbolisme du douze reste le même : un accomplissement du créé terrestre par assomption dans l'incréé divin. 
    • Pour les écrivains bibliques, le 12 est le nombre du peuple de Dieu, de l'Eglise : Israël (Jacob) avait douze fils, ancêtres éponymes de douze tribus du peuple hébreu. 
    • L'arbre de vie portait 12 fruits, les prêtres 12 joyaux. 
    • Lorsque Jésus choisit douze disciples, il proclame ouvertement sa prétention d'élire, au nom de Dieu, un peuple nouveau. 
    • La Jérusalem céleste de l'Apocalypse a douze portes marquées du nom des tribus d'Israël et son rempart a douze assises au nom des douze apôtres. 
    • La femme de l'Apocalypse porte une couronne de douze étoiles sur la tête. 
    • La tradition juive et l'ancien testament de la Bible parle des douze tribus d'Israël. Le nouveau testament de la Bible décrit douze apôtres de Jésus-Christ. 
    • Dans la pratique juive moderne, une fille obtient sa Bat Mitsva le Shabbat suivant son douzième anniversaire. 

Au Mali :
Pour les Dogons et les Bambaras du Mali, les principes contraires 4 et 3 (femelle et mâle) qui sont à la base de toute chose, peuvent s'associer de deux façons, l'une statique, l'autre dynamique, desquelles dépendent les valeurs du nombre 7 et du nombre 12. Si 7 (4+3) est le principe de l'homme et de l'univers, 12 (4x3) est le symbole du devenir humain et du développement perpétuel de l'univers.


La pensée africaine :

La vibration sonore qui préside à la genèse selon la pensée africaine, en formant l'oeuf cosmique avant la séparation de la terre et du ciel et la naissance des Grands Démiurges organisateurs de la création, commence par définir les quatre points cardinaux : sur chacun elle exécute trois girations en spirale, c'est ainsi que le complexe espace-temps se définit à l'origine, par ce mariage du trois et du quatre qui donne le douze, nombre d'action.


Le 12 symbolise l'ordre et le bien, et régit l'espace et le temps, c'est-à-dire le fonctionnement du Cosmos, d'où son appellation nombre cosmique.


Il est toujours le nombre d'un accomplissement, d'un cycle achevé. Ainsi dans le Tarot, la lame du Pendu (XII) marque-t-elle la fin d'un cycle involutif, suivi par celle de la mort (XIII), qu'il faut prendre dans le sens de renaissance.


Paul Claudel a magnifié ce chiffre :
"Cent quarante-quatre, c'est douze fois douze : douze qui est trois multiplié par quatre, le carré multiplié par le triangle. C'est la racine de la sphère, c'est le chiffre de la perfection. Douze fois douze, c'est la perfection multipliée par elle-même, la perfection au cube, la plénitude qui exclut toute autre chose qu'elle même, le paradis géométrique".




Dans d'autres domaines


Historiquement, le nombre 12 a été utilisé par de nombreux peuples.

En latin par exemple, il existe un grand nombre de noms (sans parler des adjectifs encore plus nombreux) pour désigner des ensembles de douze (duodecim) unités, ce qui montre la familiarité du décompte par douze :

  • duodecajugum : attelage de douze coursiers
  • duodecas : douzaine
  • duodecennium : période de douze ans
  • duodecemvir : collège de douze magistrats


Dans la mesure du temps :
  • Il y a douze mois dans une année.
  • Midi correspond à la douzième heure, parfois noté 12:00pm. Minuit est parfois noté 12:00am.
  • La division entre deux douzaines d'heures provient des Égyptiens de l'Antiquité qui, la nuit, tenaient compte des étoiles pour déterminer le début des offices. Certaines nuits d'été, seules douze étoiles se levaient à l'horizon. Par la suite, l'invention de la clepsydre a permis de diviser la journée en 24 heures.


Dans le commerce :
  • Le nombre douze est souvent utilisé comme unité de vente dans le commerce, et fait souvent référence à une douzaine. Douze douzaines sont appelées une Grosse. Dans la culture anglo-saxonne, il y a treize pains dans une Douzaine de boulanger. (La « douzaine de boulanger » est une expression employée dans les pays anglo-saxons, équivalent de l'expression française « treize à la douzaine », pour signifier qu'un commerçant offre une treizième unité d'un produit habituellement vendu par douze. L'origine de cette expression remonte à un édit royal anglais du XIIIe siècle.)
  • Une ancienne monnaie du Moyen Âge correspondant à douze deniers.


Dans l’art :
  • 12 est le nombre de demi-tons dans une octave. Donc, c'est le nombre total de clefs majeures, (en ne comptant pas les équivalents enharmoniques) et le nombre total de clefs mineures (en ne comptant pas non plus les équivalents). Une gamme formée de l'ensemble de ces tons est appelée chromatique.
  • Une grille de Blues fait 12 mesures.
  • Un douzain est un poème de douze vers.
  • Il y a 12 syllabes dans un alexandrin.


Autres exemples :
  • Il y a normalement douze paires de côtes dans un corps humain.
  • Le duodénum (du latin duodecim, douze) est la première partie des intestins qui fait environ douze pouces de long.
  • En imprimerie, le « douze » est l'autre nom donné au cicéro. Il s’agit d’une une unité de mesuretypographique française largement utilisée en Europe entre le milieu du xviiie siècle et la fin du xxe siècle. Elle vaut 1/72 pied du roi, soit 12 point Didot, c'est-à-dire environ (12 × 0,376 =) 4,512 mm.