Aigues-Mortes







Présentation




Un peu d'histoire :

Aussi loin que l'on puisse remonter dans les indices historiques d'Aigues-Mortes, la ville aurait été établie par Marius Caius aux environs de 102 avant J.C. Il faut attendre l'année 791 pour que, sous l'impulsion de Charlemagne, une première tour, la Tour Matafére, y soit installée dans ce petit hameau entouré de marais et où vivotent pêcheurs et sauniers. Ce bâtiment, ouvrant l'œil sur l'Orient et à vocation guerrière, fut très vite légué à l'Abbaye des Bénédictins.

C'est en 1272 que le roi Saint-Louis, qui cherche un port ouvert sur la Méditerranée pour lancer ses croisades, se fixe sur Aigues-Mortes. Il entreprend la construction des remparts de la ville, soit une enceinte de 1640 m de périmètre qui cercle encore Aigues-Mortes aujourd'hui. 



Louis IX sur une nef, au départ d'Aigues-Mortes, lors de la septième croisade.



Ces travaux laisse entrevoir l'espoir d'un développement de la ville et l'activité de son port. En effet, l'intention du souverain capétien n'est pas, semble-t-il, de faire uniquement d'Aigues-Mortes une base d'opérations pour la croisade, mais encore, et peut-être surtout, une base de commerce. En fait, Aigues-Mortes apparaît, dans ses vues, comme devant être le premier port français en méditerranée. Parmi les éléments de négoce, une large part paraît devoir être faite à l'exploitation et l'exportation du sel. Dans ce sens, Aigues-Mortes se substituerait à la ville de Lunel gouvernée par Raymond Gaucelm, seigneur de ces lieux, qui jusqu'alors, avait le monopole de l'exportation du sel. C'est alors que l'on peut entrevoir une source réelle de prospérité pour la ville d'Aigues-Mortes.



Massacre des saliniers italiens d'Aigues-Mortes



A la fin du XVI ème siècle, les guerres de religion commencent à sévir en France, elles touchent également la cité. Entre l'implantation du calvinisme qui engendrera, dans cette région, des affrontements durant deux siècles et la défense des salins, la ville aux "Eaux Mortes" bataille contre les tumultes de l'histoire. La Tour Constance devient une prison redoutée par les "prédicants" et les "inspirées" lors de l'abolition de l'Edit de Nantes en 1685, et ce jusqu'en 1767. 



Les armes d'Aigues-Mortes :




D'or à un Saint Martin de carnation, vêtu d'azur et chaussé du champ, monté sur un cheval de gueules sellé et harnaché aussi d'or, coupant son manteau aussi de gueules pour en remettre la moitié à un pauvre boiteux de carnation vêtu aussi d'azur, à la béquille au naturel, le tout sur une terrasse de sinople.








Situer








Visiter





Nous pouvons découvrir cette cité très bien conservée de plusieurs manières :


  • Visite des tours et remparts :
Accueil et visites commentées pour les personnes présentant un handicap auditif, mental et moteur : sur réservation. 
Tarifs individuels : 7,50€/adulte - Gratuit pour les moins de 25 ans - (hors groupe scolaire ou péri -scolaire).


  • Petit train d'Aigues-Mortes :
4,50€/adulte - 3€/enfant. 
Tarif famille 12,50€ à partir de 2ad+2enf.
Fermeture du lundi 30 septembre au lundi 21 octobre 2013


  • « Rallye » historique dans la cité :
Tarifs individuels : Adulte : 7€ - Enfants de 6 à 12 ans : 3,50€ - Enfant moins de 6 ans : Gratuit.



Adresse internet pour informations :








Sources :

« Le sel en Languedoc Oriental » de André Dupont
http://www.avignon-et-provence.com