Qui sommes nous‎ > ‎

Contexte historique

En l'an de grâce 1337, l'infâme Edward III, roy d'Angleterre, entre en guerre contre Philippe VI de Valois, le roy de France. Edward III revendique la couronne du roy de France car il est le petit-fils de Philippe IV le Bel de part sa mère, Isabelle de France. Or, une femme ne peut transmettre le pouvoir royal. Il est donc de bon aloi que Philippe VI, fils de Charles de Valois et neveux de Philippe le Bel, hérite du trône. 

Au début du conflit, la France et ses alliés subissent de nombreux revers : une querelle de succession en Bretagne est remportée par Jean de Montfort, allié des anglais, face à Charles de Blois ; David II, roi d'Ecosse et alliée de Philippe VI, est défait et capturé par Edward III ; Jacob Van Artevelde mène le peuple de Flandre à la rébellion, renverse Louis Ier de Flandre et s'allie aux anglais ; enfin, la guerre est bien plus coûteuse pour la France, dont les terres sont pillées et ravagées, que pour l'Angleterre, qui voit ses soldats s'enrichir de ce conflit. 

Edward III, fort de sa position d'assaillant, se lance dans une guerre de pillage. Il parcoure les terres françaises avec son armée légère et mobile, détruisant tout sur son passage. De 1339 à 1346, il s'adonne ainsi à ses forfaits honnis, jetant le discrédit sur le roy de France, qui ne parvient pas à le stopper. Le 26 août 1346, l'armée Française parvient cependant à intercepter l'ennemi Anglais à Crécy. Les Français sont plus nombreux, mais ils affrontent une armée d'archers et de fantassins, qui font usage d'une tactique inédite, empruntée aux Ecossais : les archers sont postés sur les collines, sur les flancs, et déciment l'ennemi qui approche en contrebas. Les fantassins attendent, protégés par des barricades de piques, que la chevalerie Française s'embourbe et perde son élan, piégée dans le creux du vallon entre les tirs Anglais, les pieux et la boue. La défaite est totale pour le roy de France. 

De 1349 à 1355, la Grande Peste Noire fait rage, forçant les belligérants à cesser le combat. Cependant, les mercenaires, appelés en masse de tous les pays, sont démobilisés. Ils se réunissent alors en Grandes Compagnies, et entreprennent de mettre à sac méthodiquement les provinces Françaises, profitant de la folie ambiante pour s'imposer et dicter leurs lois martiales. 

C'est dans ce contexte, alors que Charles de Navarre entre dans le conflit car sa mère, Jeanne de Navarre, petite fille de Philippe IV le Bel écartée du trône Français, que le Prince Noir Edward de Woodstock, fils d'Edward III, ravage la campagne Française à travers ses chevauchées, et que les Grandes Compagnies pillent les domaines du pays qui se relève difficilement des affres de la peste, que progresse la compagnie mercenaire Gamela Nostra.
Comments